referencement google - gite campagne - coffre fort a fusils - coffre fort a emmurer

Festival

Dans ses explications, le président de ladite association, Diadié Soumaré a précisé que l’APS est née du constat de la non maîtrise ou de la honte de leurs enfants de parler la langue Soninké en France : « nous avons créé cette association pour pouvoir cultiver chez nos enfants la culture Soninké.

Mais aussi, de vulgariser notre langue en  France », martèle-t-il.

Le choix de Kayes s’explique, selon Diadié Soumaré, par le fait que le lieu est plus proche des autres pays dont existent les comités de l’APS. A savoir, le  Sénégal et la Mauritanie.

D’après le président de l’APS, ce festival est organisé par son association en collaboration avec d’autres associations locales œuvrant pour le même but. Aussi, M Soumaré indiquent que des comités de pilotages, un peu partout dans la sous régions, ont œuvré pour la réussite du festival.

Par ailleurs, le président de l’APS explique que ce festival est l’occasion de relayer l’histoire Soninké. E le Pr Youssouf Tata Cissé de déclarer : « qui oubli ses origines finira mal ».  Et c’est ce qui se passe au Mali, déplore-t-il.

Pour lui, il faut savoir assurer et valoriser sa race ainsi que sa culture : « Pas parce que nous sommes Soninké, mais c’est l’histoire qui parle », se justifie-t-il. Aussi, il rappelle que la primauté est de sauvegarder et d’embellir cette histoire. Sinon, continu-t-il, nous serons sévèrement jugé par l’histoire. Pour M. Cissé, il faut mieux faire dans le domaine socio-culturel et outiller la langue afin qu’elle soit enseignée.

 Le centre d’intérêt de ce festival est axé sur  la langue. Avec à l’appui, des thèmes qui portent sur l’histoire, l’immigration et le développement. Mieux des artistes venant du Mali et d’autres pays de la sous-région feront des prestations pour tenir en fête les festivaliers.

Le budget du festival, qui repose sur les contributions des Soninkés et de l’autorité malienne, est de 70 millions de nos Franc CFA.

Oumar Diakité